L’histoire d’un domaine

Origine du mot « PERICHONS »
Le mot (orthographié au singulier, « périchon ») signifie « pierre ou rocher» et est ancien, puisque d’origine latine (dérivé de petrus). Il est employé dans le Forez comme forme familière de « pierre ». Cela parait surprenant que le lieu-dit « Les Périchons » ait emprunté ce mot pour désigner une zone géographique où ce n’est pas la pierre qui domaine. On trouve quand même, à proximité, sur la même commune, le lieu-dit « La roche » (désignerait un mamelon, relique d’un ancien volcan) et sur les communes voisines, les Monts d’Uzore et leur carrière de pierre ainsi que le prieuré de Montverdun bâtie sur un escarpement rocheux avec des matériaux durs. Nous sommes également aux portes de Boën et de ses maisons à base de pierres, comme la plupart des bâtisses du haut forez.

Une chose est certaine, le mot Périchons est utilisé très antérieurement à la construction du château, qui daterait du 17ème siècle et dont le matériau principal est le pisé (comme sa voisine la Bâtie d’Urfé) et non la pierre, sauf sur quelques fondations, ou apparaissent des pierres volcaniques légèrement rougeâtres.

On trouve plusieurs orthographes et il semble que le double « r » (PERRICHONS) corresponde à une écriture datant d’avant l’Empire. On trouve également « PERACHON » et PERICHON (sans « s »). Périchons existe comme nom de famille et comme célébrité ailleurs qu’en Loire. Il est cependant attaché à la terre, et au Forez, comme lieu-dit très tôt dans tous les actes historiques que l’on retrouve dès le 15ème siècle. 

 

suite

Les Périchons seraient d’abord connu comme village dépendant du fief des seigneurs de Poncins. De nombreux lieux-dits sont conjugués au pluriel ( avec un « s « ), en Forez, comme ailleurs. En fait, cela signifie que le nom de lieu désigne un village, un hameau, bref une collectivité de gens. Donc, « LES PERICHONS » sont d’abord reconnus comme un endroit peuplé.
Une orthographe existe encore sur certains documents cadastraux, et n’a pas d’explication étymologique à ce genre, il s’agit de « l’Espérichons ». Viendrait-il d’espérer ?

Construction du Château
L’historien BROUTIN estime que la construction du château des Périchons daterait du 17ème siècle ( sans plus de précision). Ses bâtisseurs seraient les DE LA CHAISE D’AIX. Aucun plan n’est parvenu jusqu’à nous de la bâtisse initiale, pourtant certains éléments en pierre (la Chapelle, les cheminés monumentales, les piles d’entrée, la cage d’escalier, les sols …) laissent à penser que la structure même du château s’inspire d’une construction plus ancienne.

Personnages célèbres associés
Père LACHAIZE, fondateur du cimetière parisien, confesseur de Louis XIV
Napoléon 1er, Empereur des français
La famille d’Urfé (bâtie d’Urfé)
Charles BEAUVERY

Légendes associées au château :
Souterrain secret reliant la Bâtie d’Urfé au Château
Cité gallo-romaine sous l’étang des Gaulles

Evolution du domaine agricole
En 1813, les Périchons comprennent 3 ensembles distincts :
1. Le château et ses dépendances, avec ses cours, jardins, vergers et bois de 15 ha, un pré d réserve de 3,40 ha, 8 ha de terres, 2 moulins à blé et leurs bâtiments, terres et prés ;
2. Le domaine de la Bruyère avec ses dépendances ( 30 ares ), et 44ha de terres, prés et pâquiers ;
3. La Pina et Vendemont réunis ( 25 ares ), et 56 ha de terres.

Le Domaine, aujourd’hui
La vocation agricole du Domaine des Périchons appartient au passé. Le territoire est désormais largement consacré à la conservation de la faune et de la flore. Plusieurs étangs y ont été creusés. Très largement forestier à heure actuelle, les Périchons abritent de nombreuses espèces de mammifères, d’oiseaux migrateurs et de plantes rares dont les sorties naturalistes vous feront découvrir les secrets. C’est un havre de paix et de tranquillité, accueillant randonneurs, pêcheurs et cavaliers. Situé sur la route du chemin de Saint-Jacques de Compostelle, passant par le Puy-en-Velay, il est un lieu incontournable ou il fait bon se reposer.

Le château des Périchons…
en quelques dates

13ème siècle : Seigneurie des Périchons
Existence rapportée de la seigneurie des Périchons.

1415 : Johannes de Pratis, alias Perrichons
Premier homme à porter le nom des Périchons sur la paroisse poncinoise et habitant le domaine. Le nom apparait dans la parrochie de Poncins à cette date ( 1415 ).

1548 : Reconnaissance du village des Périchons et de son seigneur
Les terriers Ponchon utilisent un vocabulaire sans équivoque évoquant la présence de « Jehan Perrichon du lieu des Perrichons »  et décrivant «  les places communes des habitants des Perrichons ».

1559 : Confirmation d’un seigneur aux Périchons
On trouve trace, dans les écrits historiques et communaux, dans les terriers du Forez d’un Seigneur des Périchons. Aucune mention particulière du Château n’est faite.

suite

17ème siècle : Construction du premier château des Périchons
Construction probable de l’ancien et premier château des Périchons par la famille De La Chaise d’Aix. Il est décrit comme une vaste construction rectangulaire flanquée de deux pavillons… Les seigneurs de Poncins aliénèrent au XVIIème siècle, leurs droits de basse et moyenne justice sur le village des Périchons, ne se réservant que la justice haute.

1624 : Naissance du Père La Chaise aux Périchons
Naissance, contestée mais possible dans l’ancien château, de François de la Chaise d’Aix, qui deviendra le Père Lachaise, confesseur du Roi pendant 35 ans et fondateur du célèbre cimetière parisien qui portera son nom.

1697 : Achat des Périchons par la famille Gémier
Achat par Claude-Marcellin Gémier pour la somme de 15 000 livres. C’est Antoine de La Chaise d’Aix qui par contrat du 11 mars 1697 aliène le bien tributaire de la paroisse de Poncins, par acte de vente conclu devant Maître Cassise, notaire à Lyon.

1729 : Construction du château actuel
Début des travaux de construction du château dans sa configuration actuelle. On peut supposer que les travaux durèrent 15 ans, jusqu’à l’inauguration de la chapelle située dans l’aile sud en 1744.

1739 : Les Périchons deviennent un fief particulier
Le Domaine et son château devient un fief, avec droit de moyenne et basse justice. C’est au noble Jacques GEMIER,  fils de Claude-Marcellin GEMIER, conseiller au siège du Forez, qui en a prêté l’hommage le 17 mars 1739. 

1744 : Fin de construction du château actuel
Achèvement du nouveau château rénové commencé en 1729 avec l’érection canonique de la Chapelle des Périchons cette année-là.

1813 : Les Périchons deviennent une baronnie d’Empire
Napoléon 1er crée entre 1808 et 1814, 1090 titres de baron d’Empire. La famille GEMIER sera l’une d’entre elles. Majorat établi sur les différentes terres des Périchons par l’Empereur au profit de Denys Gémier des Périchons.  Les Périchons s’étendent alors sur 170 ha. 

1820 : Plan des bâtiments et du jardin des Périchons
Seul plan colorisé d’ensemble, spécialement consacré aux Périchons, dessiné par Frédéric Trabucco, en 1820, et parvenu jusqu’à nous grâce au calque de Joseph Margerit recopié avec grande précision en 1962 selon l’original.( échelle 50 mètres ).
On y découvre des jardins à la française, exceptionnels dans leur ampleur et leur ingéniosité, ainsi qu’avec force de détails les habitations, y compris agricoles, du fait d’une vue traitée en relief.

1827 : Plan cadastral général / Feuille des Périchons
Etablissement du plan cadastral (échelle au 1 :10000) et du tableau d’assemblage levé par NOYAUX s’agissant de la commune de PONCINS. La section B du plan est dite « section B de DESPERICHONS ». On y voit très nettement représentés l’ensemble des bâtiments, agricoles et d’habitation, présents et disparus ainsi que les circuits d’eau. La mention «  Château » est inscrite en gras sur la feuille.

1925 : Carte postale du Château des Périchons
Seule carte postale régionale grand public imprimée par COMMARMOND, à Boën, d’après une photographie de A. DURAND, en noir et blanc. Parmi les photos de la série sur PONCINS ( Loire ), cette image figure en bonne place comment monument incontournable et représentatif de la plaine du Forez.

1936 : Achat des Périchons par la famille Virlogeux
Achat de la propriété et du château ( 203  ha ) par René Virlogeux, pour  500 600 F à au nom de ses 2 filles, Colette ( 1928 ) et Suzy ( 1931-2000 ), avec une dot spécifique d’Auguste Chavarot.

Venderesse :  Mme Paul Bayon de la Tour, fille du dernier baron des Périchons, Jean Louis Hector Gémier, son père ( décédé le17 dec 1916 ), époux de Thérèse Louise Michelle De Becdelièvre.
L’acte de vente est passé devant Maître Louis Dupré, notaire à Feurs, en date du 20 novembre 1936.  

1958 – 2017 : Partage du domaine des Périchons entre les familles des propriétaires actuels
Le Domaine est partagé par moitié entre les descendants Virlogeux, les branches CHAVAND-GACHON et ROLAND.

2019 : Ouverture des chambres d’hôtes
Les premières chambres d’hôtes accueillent le public dans la seule aile Nord du château appartenant à la branche ROLAND.

L’armorial des périchons

Famille de la CHAISE d’AIX :
« De sable au lion d’argent, armé, lampassé et couronné de gueules ».

suite

Famille BRUN :
«  D’azur, au sautoir d’argent, accompagné en pointe d’un croissant d’or ».

Variante familiale avec la famille de CHAZAL :
«  D’azur, au sautoir d’or, accompagné en pointe d’un croissant du même ».

Famille GEMIER ( GEMIER des PERICHONS ) :
« D’azur au chevron d’or accompagné en chef de deux étoiles du même et en pointe d’un lion rampant d’argent ».
Armoiries surmontées d’une couronne au moment au la famille GEMIER prend le titre d’une baronnie d’empire en 1813. 

Famille ROLAND ( Des PERICHONS )
«  Heaume rehaussé de plumes d’autruches aux 2 sangliers combattants»
Devise : « Ici-bas, bâtis et bats-toi, l’âme vive et le cœur sauf ».

155 Chemin des Périchons
42110 Poncins

tel. 0970 190 425

contact@le-chateau-des-perichons.fr